PMAD

Suivez-nous sur...

image en-tête
partagerPartager imprimerImprimer

Optimiser et compléter le réseau routier pour soutenir les déplacements des personnes et des marchandises

Cet objectif vise l'amélioration des conditions de circulation des camions pour le transport des marchandises et l'amélioration du transport des personnes par l'implantation de mesures préférentielles au transport en commun ou par une optimisation de la capacité routière.

L’amélioration des conditions de circulation  sur le réseau artériel est un enjeu pour la Communauté. Dans le cadre du  Plan métropolitain d’aménagement et de développement, la Communauté entend donc compléter l’identification du réseau artériel métropolitain et l’identification de mesures permettant d’optimiser la fonctionnalité du réseau artériel tel que prévu à l’article 158.1 de la  Loi sur la Communauté métropolitaine de Montréal.

L’économie du Québec étant étroitement liée aux échanges commerciaux avec les autres provinces et les États-Unis, le rôle de plaque  tournante de la région de Montréal peut être consolidé par des investissements ciblés permettant d’assurer la circulation des personnes et des marchandises dans les grands  corridors d’échanges économiques avec les autres régions du Québec et à l’extérieur du Québec. L’attractivité et la compétitivité de la région reposent également sur l’efficacité de l’accessibilité aux pôles économiques, particulièrement ceux qui sont liés à la production de biens.

Afin d’améliorer la connectivité aux réseaux de transport continentaux et intercontinentaux, le PMAD identifie les projets prioritaires à l’échelle métropolitaine en vue de la mise en place de la Porte continentale.

Dans un contexte où les activités de transport à l’échelle mondiale devraient doubler, voire tripler, au cours des 30 prochaines années, le développement des réseaux ferroviaires et routiers et le port de Montréal, en termes de capacité et d’accessibilité intermodale, constitue le principal enjeu pour la CMM.

Au niveau du réseau routier, la remise à neuf des composantes majeures du réseau autoroutier métropolitain (le pont Champlain, le complexe Turcot, l’axe Bonaventure, l’autoroute 40 entre Anjou et Côte-de-Liesse) constitue une priorité incontournable pour assurer la compétitivité et le développement du Grand Montréal. Ces projets majeurs de réfection devront s’accompagner de l’implantation de mesures fortes favorisant le transport en commun pendant et après les travaux.

Le parachèvement du réseau autoroutier métropolitain (parachèvement des autoroutes 19, 20, 30) et l’amélioration des accès aux ports de Montréal et aux aéroports du Grand Montréal constituent également une priorité d’intervention pour la Communauté.

Dans un horizon de planification à long terme, il importe également de conserver l’intégrité des emprises autoroutières appartenant au ministère des Transports du Québec.

Par ailleurs, il est proposé d’amorcer une réflexion sur le parachèvement du réseau routier métropolitain dans certaines portions du territoire par la création de nouveaux liens fonctionnels permettant, entre autres, de compléter le contournement de l’agglomération :

  • le raccordement de l’autoroute 640 à l’autoroute 40 dans le secteur d’Oka/Hudson;
  • le raccordement de l’autoroute 640 à l’autoroute 30 dans le secteur Repentigny/Varennes.
critères proposés

La désignation d'un réseau routier d'intérêt métropolitain a pour objectif de cibler les priorités d'intervention souhaitées par la Communauté afin d'assurer l'accessibilité routière et la mise en valeur intermodale des équipements et des infrastructures stratégiques de transport des marchandises.

Le réseau routier métropolitain rassemble les composantes du réseau routier de juridiction provinciale et fédérale (autoroutes et routes nationales) et du palier municipal dont l'efficacité contribue à l'attractivité et à la compétitivité du Grand Montréal. Les critères suivants ont permis l'identification du réseau routier métropolitain :

  • assurer des déplacements en transport en commun en provenance des couronnes vers le métro ou les systèmes légers sur rail (SRL) projetés;
  • assurer l’accessibilité aux principaux pôles  économiques du territoire de la Communauté;
  • assurer les déplacements à vocation économique supportant les échanges avec les autres régions du Québec et à l’extérieur du Québec;
  • assurer l’accès aux infrastructures portuaires,  aéroportuaires et aux terminaux ferroviaires intermodaux qui constituent les pivots des corridors continentaux de transport des marchandises.

La Communauté entend également réaliser, dans le cadre du plan d'action, l'identification du réseau artériel métropolitain (RAM) et l'identification des mesures permettant d'en optimiser la fonctionnalité conformément à l'article 158.1 de la Loi sur la Communauté métropolitaine de Montréal. Un tel réseau garantirait la connectivité des déplacements des personnes et des marchandises à l'échelle de la Communauté et de ses cinq secteurs tout en servant d'appui à la planification du transport en commun, à la desserte des pôles économiques et à une structuration de l'urbanisation du territoire.

Pour être identifiés comme éléments du RAM, les axes routiers devront :

  • assurer la connectivité des déplacements des personnes et des marchandises à l’échelle de la région et des cinq secteurs de la Communauté tout en servant d’appui à la planification du transport en commun sur le territoire;
  • être complémentaires au réseau routier métropolitain;
  • être de propriété municipale ou gérés par le palier municipal;
  • avoir une géométrie et une gestion favorisant la fluidité et la sécurité de la circulation des personnes et des marchandises, en vue de canaliser une grande proportion des déplacements de longue distance, particulièrement durant les périodes de pointe dans les corridors à débits importants de circulation;
  • intégrer les ponts traversant les rivières des Prairies et des Mille-Îles ainsi que le fleuve Saint-Laurent qui ne sont pas identifiés au réseau routier métropolitain;
  • permettre de canaliser efficacement les véhicules lourds (marchandises ou TC) et la circulation de transit vers un réseau de voies compatibles avec cette fonction;
  • renforcer l’atteinte des objectifs de la Communauté en termes de fonctionnalité des réseaux de transport routier.

En collaboration avec le ministère des Transport du Québec, la Communauté assurera un suivi sur la congestion dite «récurrente», soit celle qui se produit de manière habituelle sur le réseau (tel que lors des périodes de pointe).

Dernière mise à jour :   8 mars 2012
CMM