PMAD

Suivez-nous sur...

image en-tête
partagerPartager imprimerImprimer

Protéger 17 % du territoire du Grand Montréal

À l'échelle du Grand Montréal, la protection des bois et corridors forestiers et des milieux humides est l'une des conditions essentielles au maintien de la biodiversité de la région. De plus, la présence du couvert forestier apporte une contribution significative à l'attractivité du Grand Montréal et à la qualité de vie de ses citoyens.

Les bois présentent une grande valeur pour la région métropolitaine, en raison de leur rareté et de leur potentiel écologique et récréatif. Ils permettent de préserver les sols contre l'érosion hydrique et éolienne; de régulariser les eaux et la nappe phréatique, de protéger l'équilibre écologique en regard du maintien des habitats favorisant une diversité biologique, faunique et floristique; de protéger les potentiels acéricoles, récréotouristiques et paysagers.

En 2005, la Communauté a mis sur pied le Programme d'acquisition et de conservation des espaces boisés (Fonds vert). L'objectif principal du Fonds vert est d'appuyer les initiatives locales et régionales d'acquisition et de protection des espaces boisés. Trente et un bois d'intérêt métropolitain ont été identifiés par la Communauté. Le 1er octobre 2009, la Communauté révise les limites de ces bois et ajoute 52 corridors forestiers dorénavant admissibles au programme de financement du Fonds vert (plan numéro 705-120-01).

Des mesures ont par ailleurs été proposées au gouvernement afin notamment de hausser les contributions des promoteurs dans un projet aux fins de parcs de 10 % à 15 %. Ce 5 % supplémentaire serait dédié à la protection des milieux naturels.

critères proposés

En avril 2003, 31 bois d'intérêt métropolitain ont été identifiés par la Communauté à partir des critères suivants :

  • un bois mature (plus de 60 ans) ou centenaire;
  • un bois présentant plus de six espèces dominantes et codominantes de la strate arborescente supérieure;
  • un bois présentant au moins un milieu humide, un cours d’eau ou un ruisseau;
  • un bois d’une superficie supérieure ou égale à 30 hectares situé à moins de 200 mètres d’un autre bois (le critère de superficie ne s’applique pas aux agglomérations de Montréal et de Longueuil et à la MRC de Laval);
  • un bois abritant des espèces fauniques ou floristiques à statut précaire identifiées par le ministère des Ressources naturelles et de la Faune, le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs ou Environnement Canada;
  • un bois abritant un écosystème forestier exceptionnel identifié par le ministère des Ressources naturelles et de la Faune;
  • un bois abritant un habitat faunique essentiel reconnu par la Société de la faune et des parcs du Québec;
  • un bois inscrit dans un règlement, une politique ou un plan de conservation adopté par une municipalité, une MRC ou une agglomération.

Les MRC et les agglomérations sont appelées à reconnaître, au minimum, les 31 bois métropolitains en identifiant les territoires visés.

Les MRC et les agglomérations doivent identifier, au minimum, les aires boisées incluses aux 31 bois métropolitains identifiés en 2003. En milieu agricole, les MRC et les agglomérations doivent identifier et ajouter, au minimum, les aires boisées comprises dans les limites révisées des bois ainsi que les corridors forestiers admissibles au programme de financement du fonds verts.

Pour les bois et les corridors forestiers identifiés, la Communauté demande aux MRC et aux agglomérations d'identifier les usages compatibles à la protection, tels que l'agriculture, le récréotourisme, l'habitation de faible densité, les parcs et la conservation, et d'adopter des mesures interdisant l'abattage d'arbres. Ces mesures peuvent régir l'abattage selon les usages permis et prévoir des exceptions pour les coupes sanitaires, pour les coupes de récupération, pour les coupes sélectives, pour la réalisation de travaux de cours d'eau et pour les aménagements permettant l'accessibilité à un milieu naturel à des fins d'observation et d'interprétation.

Consultez le document Identification et protection des bois et des corridors forestiers métropolitains pour plus d'information sur les bois et les corridors métropolitains.

En juillet 2008, le ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs a publié le Guide d'élaboration d'un plan de conservation des milieux humides. En plus d'établir des priorités de conservation en fonction de critères tels que la superficie, les liens hydrologiques et la présence d'espèces rares ou menacées, la démarche proposée permet : de dresser un inventaire des milieux humides; d'en effectuer la caractérisation; d'en évaluer la valeur écologique et; de procéder à une conciliation des usages.

La Communauté demande aux MRC et aux agglomérations du Grand Montréal d'identifier et de caractériser les milieux humides de plus de 0,3 hectare situés sur leur territoire.

La Communauté demande aux MRC du Grand Montréal de demander aux municipalités de leur territoire de se doter d'un plan de conservation des milieux humides qui respecte la démarche proposée par le ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs exprimée dans le Guide d'élaboration d'un plan de conservation des milieux humides.

Dernière mise à jour :   9 octobre 2013
CMM