PMAD

Suivez-nous sur...

image en-tête
partagerPartager imprimerImprimer

Identifier les contraintes majeures qui concernent le territoire de plusieurs MRC

L'identification de toute partie du territoire qui, chevauchant plusieurs MRC, est soumise à des contraintes majeures pour des raisons de sécurité publique, de santé publique ou de bien-être général constitue une étape de grande importance à l'adoption d'une stratégie plus globale d'aménagement et de développement. Elle vise, d'une part, à assurer une sécurité publique dans l'aménagement du territoire et, d'autre part, à réduire la vulnérabilité aux événements météorologiques extrêmes (changements climatiques).

Un environnement sain et sécuritaire constitue une des conditions de base à la compétitivité et à l'attractivité de la région. Une meilleure planification de la gestion des risques et des sinistres d'envergure devrait donc permettre de contribuer à la santé et à la sécurité publique ainsi qu'au bien-être général de la population.

Les principales contraintes majeures chevauchant plusieurs MRC susceptibles d'engendrer des risques et sinistres dans la grande région de Montréal sont les suivantes:

  1. 1. les inondations causées par la crue des Grands Lacs et de la rivière Outaouais;
  2. 2. les glissements de terrain aux escarpements;
  3. 3. les catastrophes d'ordre technologique (exemple : incendie de pneus à Saint-Amable en 1990);
  4. 4. la qualité de l'air;
  5. 5. les nuisances sonores;
  6. 6. les incidents climatiques.

Le développement des connaissances relatives aux risques associés aux diverses problématiques de sécurité publique permet d'affirmer l'importance d'informer les citoyens de la localisation de ces risques et d'aménager le territoire en tenant compte de leurs attentes et besoins.

critères proposés

Pour les contraintes géomorphologiques, le PMAD demande aux MRC et aux agglomérations de prendre en compte les contraintes géomorphologiques (telles que les aires de glissement de terrain) et d'assurer une harmonisation du cadre réglementaire pour la sécurité des personnes et des biens. Un plan qui illustrera les sites devant faire l'objet d'une intervention particulière par chacune des MRC concernées est actuellement en préparation avec la collaboration du ministère de la Sécurité publique du Québec.

Quant aux risques anthropiques, les catastrophes possibles d'ordre technologique sont déjà prises en charge par les instances régionales. La Loi sur la sécurité civile introduit un nouvel outil de planification régionale, soit le schéma de sécurité civile. À la demande du ministre de la Sécurité publique, plusieurs MRC et municipalités du territoire de la Communauté ont déjà complété ou amorcé l'élaboration d'un schéma de sécurité civile. Lorsque ces schémas de sécurité civile seront complétés et attestés, la Communauté consultera ses partenaires régionaux afin d'identifier les risques dont l'aire de contrainte chevauche plusieurs MRC et qui demandent une harmonisation des mesures de protection.

Le PMAD identifie le réseau routier et le réseau ferroviaire comme sources possibles de risques à l'égard de la sécurité, de la santé et du bien-être général de la population. La Communauté demande donc à ce que l'aménagement aux abords de ce réseau prenne en compte ces risques, notamment ceux associés au bruit et à la vibration. Ainsi, les MRC et les agglomérations doivent se doter de mesures permettant une cohabitation harmonieuse des usages, dont le résidentiel, en optant pour une approche normative ou de performance qui fera état des distances minimales à respecter et des conditions permettant de réduire ces distances.

Par ailleurs, la Communauté invite les MRC et les agglomérations à compléter leur cadre réglementaire en matière de risques liés à la qualité de l'air ambiant et de ses effets sur la santé, dans un objectif d'assurer la santé et la sécurité publiques.

Finalement, la Communauté invite ses partenaires régionaux et locaux à poursuivre leurs actions respectives en vue d'intégrer dans leurs pratiques d'aménagement des mesures contribuant à l'adaptation aux changements climatiques, telles que :

  • l'équilibre à déterminer en termes de densité;
  • l'amélioration de l'accès à divers modes de transport (piétons, cyclistes, transport collectif);
  • l'aménagement paysager assurant une superficie adéquate de sols perméables ainsi qu'une capacité de rétention des eaux de surface;
  • les interventions pour contrer les effets des îlots de chaleur;
  • la conservation des milieux humides pour le maintien d'une biodiversité végétale et animale;
  • un accroissement de la superficie des espaces verts dans les sites résidentiels, commerciaux et des pôles d'emplois;
  • une plus grande protection de la végétation en bordure des berges et des ravins pour contrer l'érosion;
  • la revitalisation des espaces vacants contaminés ou sous-utilisés par des aménagements verts, notamment, à proximité des sites constituant des îlots de chaleur.

Pour ce qui est des critères relatifs aux contraintes liées aux risques d'inondations, ceux-ci se trouvent à la section environnement.

Dernière mise à jour :   8 mars 2012
CMM